Foire de la Balme

La foire de la Balme a toujours marqué dans mon esprit la fin des vacances. Elle a traditionnellement lieu le dernier week-end d'août.
Lorsque j'étais enfant, nous habitions à Saint-Germain-du-Bois, à quelques kilomètres. Nous y allions à pied, en général le samedi matin pour voir les chevaux et autres taureaux. Nous marchions le long de la rue de la Balme en regardant les plaques d'immatriculation des véhicules.



Cela faisait bien une quinzaine d'années que je n'y étais pas retournée. Quelle surprise de voir que certaines attractions de la fête foraine sont toujours là, comme ce manège de poneys qui existait déjà il y a près de 30 ans !



Bien sûr, il y en a des nouvelles. Cela fait 3 ans que cet effrayant toboggan vient à Bouhans.



Nous y sommes allées dimanche matin vers 11h, et je n'ai pas retrouvé la foule dans les allées. Il y a toujours les commerciaux qui essayent de vendre le dernier balai-génial-qui-lave-tellement-bien-qu'on-se-demande-comment-on-a-pu-vivre-sans et quelques pigeons leur balai à la main, mais j'ai l'impression qu'il y en a moins qu'avant. Je me souviens de babioles que l'on pouvait gagner, d'échantillons gratuits, etc... Je n'en ai pas vu (sauf un coton avec du produit pour nettoyer les meubles, mais bon... on a testé)

Ado, j'avais trouvé des T-shirt à la Balme "No Future !"... C'était l'endroit où l'on pouvait dénicher la dernière merveille.

Il y a encore des objets qui font rêver comme ces poupées qui tournent au son de la Lettre à Elise...



A l'heure où l'on trouve tout ou presque dans le Centre Commercial le plus proche, voir sur Internet, la foire de la Balme a encore sa place et son intérêt. Tout n'est pas perdu...

Commentaires

Gérard Genot a dit…
J'ai les mêmes souvenirs que vous de la Foire de la Balme (mes grands parents et parents disaient, en patois, de la Barme), mais qui remontent aux années 1948-55 ; mais je n'y suis jamais retourné, je n'ai plus d'attaches dans la région. Je vivais en Tunisie et passais mes vacances à Montjay.
J'espérais chaque fois trouver Dieu sait quoi, on me disait, "oui, un beau rien tout neuf".
Amicalement,
G. G.
Elisabeth a dit…
Merci pour ce témoignage. Connaissez-vous la mère aux mourrons ? J'ai découvert cette légende il y a peu :-)

Voilà un billet sur l'édition 2011.
Gérard Genot a dit…
Cela me dit vaguement quelque chose, mais je n'arrive pas à le préciser. On ne me racontait pas d'histoires traditionnelles, sauf la Mère-en-gueule, le monstre qui se cachait dans les puits et les mares, dont il était par conséquent prudent de ne pas s'approcher.
Savez-vous parler patois?
Elisabeth a dit…
J'pou comprendre le patois, mais j'le parle pas. Mes grands parents l'parlo et j'ai touj entendu du patois quand j'éto pchote. Mes cousins qui sont agriculteurs à Marvans l'parlent enco.

Cela étant, j'adore le lire. chaque dimanche, je me délecte des histoires de la Glaudine.

La mère aux mourons est l'équivalent de la mère en gueule... mais pour la foire de la Balme. Si des enfants s'y aventuraient sans leurs parents, ils la rencontraient en chemin. Comme c'est l'époque des mures, elle en était toute badigeonnée. Comme péage pour la Balme, elle exigeait qu'on l'embrasse sur les fesses...

Articles les plus consultés