Débat citoyen sur l'espace pour l'Europe

Le 10 septembre restera gravé dans ma mémoire. Jamais je n'ai eu autant l'impression d'appartenir à l'Europe.


Inscription 

Tout a commencé le 22 août par un message d'Hervé Dole sur Tweeter. 


J'ai cliqué, j'ai regardé la vidéo.


Je me suis inscrite en donnant quelques renseignements (identité, sexe, âge, catégorie socio-professionnelle, lieu d'habitation à moins de 100km de Paris).

Sélection

Le 31/08, j'ai reçu un email m'informant que je faisais partie des 100 français sélectionnés !


Le 2/09, nous avons reçu deux documents à lire. Le premier, de 24 pages, a été conçu par Denis Esnault, pour l'occasion.


Pour l'Europe !

C'est en le lisant que j'ai vraiment pris conscience de la dimension de l'événement et de l'incroyable privilège qui était le mien d'avoir été sélectionnée. Dans 22 pays d'Europe, une centaine de citoyens se rassembleront comme nous à Paris pour débattre en même temps des mêmes questions.

C'est juste géant ! Que ce soit avec les indignés à la Défense en 2011 ou lors de "Global Debout" à République, j'ai assisté à des débats entre citoyens de différents pays, mais ça n'a rien à voir avec une telle organisation ! Ce n'étaient que des échanges d'idées via Skype, ou via des représentants venus à Paris.  Là, j'ai compris que ce serait autre chose !

Avant de partir, en voyant des messages comme celui-ci de gens se dirigeant vers les divers endroits ("Je suis sur la route pour Darmstadt pour participer au #CitizenDebate de l'ESA. #Espace. Je suis excité").


En route vers Paris !

J'ai quitté mon appartement de banlieue parisienne vers 8h. Un ascenseur était en panne... Ah si les normes et contrôles de sécurité y étaient aussi drastiques que sur les fusées ! 

Quand je suis arrivée à l'arrêt de bus en bas de chez moi, 3 des 4 personnes qui attendaient avaient sorti leur smartphone. Sans forcément en être conscientes, elles utilisaient un satellite de télécommunication.  

Syndrome de l'imposteur

Je savais que les critères de sélection de l'ESA avaient pour but d'avoir un "échantillon" représentatif de la société française en terme d'âge, de lieu géographique, de parité, etc... Au fur et à mesure que des gens montaient dans le bus, je me demandais à quel point mes réponses pourraient être représentatives de leurs idées. Je me passionne pour l'espace depuis toute petite, et j'ai conscience que c'est le cas de peu de citoyens en apparence.

Une des questions posées lors de l'inscription était "Faites-vous partie d'une association liée à l'espace ?". J'avais répondu par l'affirmative, puisque j'ai adhéré à l'ANPCEN, à la SAF et bien sûr à la SETI League. Quelque part, je représentais sans doute plus les adhérents de ces associations que les usagers du RER B.

Mes divagations ont tourné vers la politique. On élit des députés pour nous représenter, mais ils ne sont pas à l'image de la société française. Combien de jeunes ? Combien de femmes ? Combien de pauvres ?

Je n'ai pas été élue, mais sélectionnée... Je fais juste partie d'un échantillon scientifique. Les premiers résultats disponibles dès samedi soir sur http://www.citizensdebate.space/fr_FR/results montrent que seulement 1/3 des participants en France et en Europe se décrivent comme novices.


Arrivée

A 9h20, j'étais devant le CNES.


Après avoir passé les contrôles de sécurité, avoir pris un badge avec un numéro, j'entrais dans un autre espace-temps !


A suivre : Who's who...


Commentaires

Articles les plus consultés