Rien dans le cerveau

On a un président "normal". On a eu un président qui ne se définissait pas ainsi, peut-être en raison de sa taille aussi anormale que celle du grand Charles... Celui-ci a dit le 26 avril :.

« Nous ne pouvons pas  accepter que des gens qui n’ont rien dans le  cerveau viennent sur la place de la République  donner des leçons à la démocratie française. » (1)

Il a ensuite enfoncé un peu le clou en disant qu'il les respectait mais que "c'est leur pensée qui est vide".

Du vide...

Même si je n'ai mis les pieds qu'une fois sur la place de la République, je me suis sentie visée par ces propos. J'aurais donc passé toutes ces heures sur Périscope (merci Flo.R, Rémy, Marie Mathématiques Virgile, Roardirsh...) sur Twitter, sur YouTube à écouter des AG ne contenant que du vide, comme un sermon d'un curé de campagne.


Hier, j'ai donc décidé de me vider la tête, pour être bien sûre qu'il n'y a que du vide bien vide dans le cerveau que je n'ai pas.

Dans le cerveau...

Pour remplacer le rien que j'ai dans le cerveau, je suis allée à la médiathèque des Ulis, d'abord pour rendre le DVD "The visit", puis pour emprunter quelques trucs au hasard.



  • Psychogames : parce que quand on est sans cerveau, c'est chouette de jouer pour contempler le vide.
  • La plus d'été : parce que je n'ai jamais rien lu de Marguerite Duras et que j'ai envie de faire la connaissance d'Ernesto après avoir lu Charlie Hebdo. 
  • Le corps humain : parce que j'ai voté pour le prix du livre scientifique pour "A la rencontre des comètes" de James Lequeux et Thérèse Encrenaz, sans avoir lu les trois ouvrages en compétition. 
  • Zentangle, parce que c'est un mot que je ne connaissais pas.
  • John Williams. Greatest Hit, parce que je sais lire le titre des partitions "The imperial march" (Darth Vador theme) et que si jamais je trouve un cerveau et du temps, je pourrais essayer de jouer quelques notes.   

Zentangle

J'ai dû essayer une fois ou deux les livres de coloriage pour adulte qui inondent les rayons des librairies et qui sont censé détendrent. Je n'ai pas supporter les contraintes, la monotonie du geste, le peu de créativité... Forcément, ma pensée est vide.

Le zentangle est plus sympa, parce que l'on commence par un carré vide pour y coucher ses pensées vide. On fait 4 points dans les coins en pensant à 4 aspects vides de sa vie vide, puis la bordure de la vie vide, puis une ligne pour séparer les trucs vides et plein de motifs, au grès de nos divagations dans le vide. Le résultat donne du n'importe quoi (en tous cas pour moi, mais pas vide). 


Bref, c'est comme un billet de blog que l'on utilise pour râler contre un ancien président mais sans que l'on invite des gens qui n'ont rien dans le cerveau à le lire. 

450 fois rien dans le cerveau

Prenons donc 450 cerveaux avec rien du tout dedans, si ce n'est une pensée vide le 31 mars.

Comme il y a de la place, on peut y mettre la symphonie n°9 de Beethoven. Dans 150 cerveaux, on met des paroles en allemand :
Freude, schöner Götterfunken,
Tochter aus Elysium1,
Wir betreten feuertrunken
Himmlische, dein Heiligtum.
Deine Zauber binden wieder,
Was der Mode Schwert geteilt;
Bettler werden Fürstenbrüder,
Wo dein sanfter Flügel weilt.


La pensée vide est idéale pour apprendre à jouer d'un instrument en un mois, solfège compris pour jouer la "Symphonie du Nouveau Monde" de Dvorak, comme l'ont fait 300 musiciens avec rien dans le cerveau. On appréciera aussi le travail de montage vidéo ci-dessous :



Va pensée (vide), sur tes ailes dorées...  Après l'allemand, pourquoi ne pas apprendre un peu d'italien en chantant avec les hébreux de Nabucco de Verdi (4).
Va, pensiero, sull’ali dorate;
Va, ti posa sui clivi, sui colli,
Ove olezzano tepide e molli
L'aure dolci del suolo natal!


Il se trouvera forcément des mauvaises langues pour dire que c'est facile de chante Nabucco quand on chante "Bella Ciao" tous les jours depuis un mois...

Vides mais ensemble

Chaque individu est donc venu avec rien dans le cerveau, le public aussi... Certains ont joué ensemble, tandis que les autres écoutaient et appréciaient ensemble.


Le niveau des musiciens est hétérogène, les meilleurs avaient peut-être la chance d'avoir une pensée plus vide, le 31 mars. Chacun est venu avec sa partition, son smartphone, son instrument, ses oreilles. Le résultat est incroyable, autant par la qualité de cet orchestre debout que par la foule présente place de la République est dans les rues environnantes.

Pas besoin de "chuuuuuuut..." pour que la foule écoute, comme ce fut le cas lors du dernier concert de l'odyssée symphonique des Ulis auquel j'ai assisté (5).

S'il en fallait une, ce concert est une preuve de la puissance de ce que peut accomplir Nuit Debout et justifie la violence des propos des politiques qui n'ont rien à opposer à ce genre de création, si ce n'est un concert de sirènes de véhicules de police.


Commentaires

Articles les plus consultés