Twittérature

La quatrième théorie de Thierry Crouzet est un roman écrit sur Twitter. Je l'ai lu avant tout par curiosité. Par jeu, j'ai noté mes impressions au fur et à mesure sur Twitter.

Bien sûr, ce n'était pas "direct live". C'est-à-dire que je ne me suis pas connectée chaque fois que je posais le livre pour noter mes impressions sur tel chapitre ou tel passage...


Une difficulté rencontrée est de trouver un hashtag pour pouvoir regrouper tous les tweets. Ici, j'avais tenté ou  utilisé par

Le nom de l'auteur  peut aussi permettre de retrouver ce que l'on a écrit, mais on peut aussi y voir des commentaires de l'auteur.

Enfin, la solution peut être de tout écrire en même temps, mais ça ressemble plus à une suite d'idées, un plan qui n'en n'est pas un, avec des propos moins nuancés que dans des phrases qui feraient plus de 140 caractères.



Ecrire un roman sur Twitter, est-ce de la twittérature ? Hum... A priori, oui, si c'est à but non lucratif que le stipule le manifeste de twittérature comparée. Thierry Crouzet explique sur son blog que Twitter n'est qu'un outil et le compare à un crayon, qu'il ne pourrait plus utiliser aujourd'hui pour écrire un feuilleton comme la Quatrième Théorie. Trop de monde, trop de bruit, de gazouillis. Il nous reste à explorer de nouveaux réseaux pour créer et critiquer... La critique est aisée, l'art est difficile, peu importe le crayon...

Commentaires

Articles les plus consultés