En attendant le 29...

Le 29 janvier prochain, il y aura une grosse manifestation.
Tous en grève ! Tous dans la rue !

Pourquoi ? Pour quoi ? Pour qui ?



Vendredi soir (le 16), il y avait une réunion de parents d'élèves du groupe scolaire des Avelines aux Ulis. Tous les bancs étaient occupés. Les inquiétudes des parents sont diverses. En voici quelques unes...

- Menaces sur l'école maternelle. Il y a quelques années, le monde entier nous l'enviait. Aujourd'hui, les crèches acceptent les enfants jusqu'à 4 ans et des jardins d'éveils pourraient remplacer l'école maternelle. Ce ne serait pas gratuit, il n'y aurait peut-être pas de la place pour tout le monde. Les mamans qui ne travaillent pas garderont sans doute les enfants à la maison.

- Suppression du RASED. Une maitresse non syndiquée a expliqué pourquoi elle fera grève le 29 "Je ne suis pas spécialisée !" Sur le groupe scolaire, les enseignantes du RASED, c'est-à-dire spécialisées en psychologie ou pédagogie sont indispensables. Comme je l'expliquais sur ce billet, tous les enfants en on besoin plus ou moins directement.



- La mise en place du SMA (Service Minimum d'Accueil) a coûté très cher à la ville des Ulis lors de la dernière grève, alors que peu d'enfants sont venus... Il faut dire que tous les parents avaient reçu un mot deux jours avant leur demandant de ne pas conduire leurs enfants à l'école. C'est pour ça que la mairie a été condamnée et a dû organiser un accueil dans l'urgence.
Ce sont nos impôts locaux qui vont augmenter... pour rien. De plus, la sécurité n'est pas assurée. Mme Lepoul, conseillère municipale a déclaré que la mairie n'avait recruté que des animateurs mais que rien ne l'empêchait de faire appel au premier individu qui passe dans la rue pour garder nos enfants.

- A terme, lorsqu'un enseignant sera malade, l'inspection académique fera appel à une Agence Nationale du Remplacement qui fournira une personne diplômée (Bac +4, +5...) pour le remplacer, mais cette personne n'aura pas forcément suivi de formation pour faire face à une classe de 30 élèves.

ANR ? Le sigle est le même que celui de l'Agence Nationale de la Recherche, source de précarisation pour de nombreux jeunes diplômés qui n'osent plus espérer un poste de chercheur. Le 27 novembre dernier, le siège de l'agence avait été bloqué.

Suite : café-débat

Commentaires

Articles les plus consultés