Où va l'eau du plateau de Saclay ?

Le 12 juin dernier, sept personnes ont été blessées dans un accident sur le RER B [1]. A la gare d'Orsay, il n'est plus question d'aller à St Rémy les Chevreuses.


Le long de la voie du RER coule une rivière l'Yvette, dont le niveau a monté ces derniers jours. Le dimanche 11 juin, c'était la nationale 118 qui ressemblait à une piscine. Peut-on accuser le bétonnage du plateau de Saclay d'être responsable de cela [4] ?

La crue de l'Yvette

Les photos suivantes ont été prises hier, le 13 juin, alors que le niveau avait commencé à baisser.


On voit les herbes ensablées, ce qui prouve que l'eau est montée très haut. On peut retrouver les derniers bulletins sur le site du Siahvy [2], ou celui du 12 juin à 14h [3] : "Le bassin versant de l’Yvette est en vigilance pluie-inondation. L’Yvette est toujours en crue, les bassins se remplissent. Une vigilance accrue est de mise. Le bassin de Bures risque d’atteindre sa cote de remplissage maximale dans les 2 heures. Une hausse soudaine de l’Yvette est alors attendue. "


Fermeture de la rue de la forêt

Le 12 juin, l'université a interdit la circulation dans la rue qui permet de monter sur le plateau. Le 13 juin, je suis descendue du plateau à pied en passant par la forêt. Il est évident que beaucoup d'eau a coulé, déplaçant branches et cailloux.


Des torrents du boue ont dû dévaler cet endroit pour se retrouver dans la vallée, et peut-être dans l'Yvette.

Le lieu de l'accident du RER.

Les journalistes ont indiqué que l'accident avait eu lieu à 800m de la gare de Courcelle. Sur la carte Google, ça donne ça :

On voit l'Yvette d'un côté et deux étangs de l'autre. Les photos du déversement de l'étang en question, non curé depuis des années ont été publiées sur Twitter [5]. On peut se promener sur Google Street View entre les étangs et le RER, qui a l'air de reposer sur un talus de terre... La photo date de 2008.


Sur le site Géoportail [6], on peut ajouter une carte des plus hautes eaux connues (PHEC) sur le bassin de la Seine, mise à jour en janvier 2013, soit avant la dernière crue de l'Yvette il y a 2 ans.


J'ai représenté en rouge les lieux de l'accident du RER et la N118. Si on zoom, on voir même un train passant vers les deux étangs, mais ne se trouvant pas dans la zone inondable.


En jaune, c'est le plateau de Saclay. Les photos datent de 2014, c'est-à-dire à peu prêt de l'époque où j'avais écrit ce billet à propos du béton sur le plateau de Saclay [8]

De l'eau et du béton

Sur le plateau de Saclay, on coupe les arbres (voir Riri, Fifi, Loulou [9]) et on coule du béton à la place. 


Ce matin, la noue de rétention d'eau fluviale en face du lieu de vie était bien remplie. 

Mais d'autres noues étaient vides... 


Sur le site de l'EPAPS, on trouve un fichier  Gestion-des-eaux-octobre-2013.jpg [10]. En revanche sur le site du département de l'Essonne, on trouve un dossier sur l'opération autorisée ARRÊTÉ PRÉFECTORAL n° 2014.PRÉF.DRCL/BEPAFI/SSPILL/712 du 3 octobre 2014 [11]


La pluie qui tombe sur la zone en jaune va sur la N118, les eaux fluviales sur la partie en Orange dégringolent sur l'université d'Orsay, donc ensuite dans l'Yvette... Le groupe local EELV avait donné son avis [12]. Aujourd'hui, on peut le résumer à "on vous l'avait bien dit" !
Gestion des eaux pluviales, risque d’inondation
Puisqu’il faut bien remonter à la source, les eaux pluviales représentent le premier problème. [..] Or avec le changement climatique il est à craindre que des événements « exceptionnels » deviennent plus courants. 
D'après le site Météo Bures [13], on n'a jamais atteint les 37mm d'eau en 2h qui correspond à une "gestion à la parcelle" sur le plateau du Moulon [11].


Il y a beaucoup de chiffres dans l'arrêté préfectoral [11], mais je n'ai pas l'impression que l'orage soit pris en compte. Par exemple, si je comprends le logigramme (page 6) :
- La parcelle gère jusqu'à 37mm/m2 pendant 2h. Il y a juste 0,7 l/s/ha qui a le droit de fuiter.
- L'excédent est géré au niveau du quartier et il y a plusieurs niveaux (2,3,4). Le quatrième correspond à 93mm de pluie sur 12h, mais avec un débit de fuite n'excédant pas 10 l/s/h. Une surface est dédiée au champs d’expansion de crue.

Il est tombé bien moins d'eau que cela (35mm au plus le 12 juin), mais dans un court laps de temps. Sur le site Météo Bures, on peut voir que le 11 juin, quand la N118 a été inondée, on a atteint un taux de précipitations supérieur à 1600 mm/h [13], même si cela n'a représenté qu'un cumul de 25mm sur la journée. Le 5ième rapport du GIEC prévoyait en 2014 des événements climatiques plus intenses et plus fréquents [14], or rien de tel ne semble avoir été pris en compte dans les chiffres de l'opération sur le quartier du Moulon.  [11]

Faut-il changer la loi ? 

Suite à une discussion, il me semble qu'à partir du moment où les normes sont respectées, on ne peut pas obliger les élus à prendre en compte le rapport du GIEC  [14] ou les avis des écologistes [12].
Ce sont les lois qu'il faut changer au niveau national, et non pas au niveau local pour tenir compte des changements climatiques et réduire l'impact des catastrophes naturelles.

En attendant, si le bon sens paysan ne pousse pas chacun à bétonner avec modération, le RER et la N118 risquent de rencontrer d'autres ennuis...

  1. Accident sur le RER B suite aux intempéries en Île-de-France
  2. Info Riverains
  3. Bulletin d'info SiaHvy
  4. François du 91 sur Twitter.
  5. Déversement de l'étang situé au-dessus de la voie.
  6. Géoportail
  7. Crue de l'Yvette en image, Juin 2016
  8. Un peu de béton ?, octobre 2013 
  9. Hector, Harvey et compagnie, juillet 2017
  10. Gestion-des-eaux-octobre-2013.jpg
  11. ARRÊTÉ PRÉFECTORAL n° 2014.PRÉF.DRCL/BEPAFI/SSPILL/712 du 3 octobre 2014
  12. Avis du groupe local sur l’enquête sur la loi sur l’eau sur la ZAC du Moulon
  13. Météo Bures.
  14. 5ième rapport du GIEC : éléments scientifiques.

Historique des modifications : 

15/06 : Ajout d'éléments chiffrés, et des liens [13] et [14].
17/06 : Ajout de la partie "faut-il changer la loi ?" 

Commentaires

Articles les plus consultés