Gaia : un beau gâchis d'espace ?

Le 25 avril dernier, la deuxième version du catalogue de Gaïa a été révélée. Il est en 3D, on peut naviguer à 360° grâce à cette vidéo [1]. Des images sont disponibles sur le site de l'ESA [2]. Sur cette image, il y a 1,7 milliards d'étoiles !

Le ciel de Gaïa en couleur.
ESA/Gaia/DPAC
Et si sur ces 1,7 milliards d'étoiles, il n'y en avait qu'une avec une planète sur laquelle il y a de la vie, et qui plus est de la vie intelligente, ce serait, un beau gâchis d'espace !


Les principaux apports de ce catalogue ont été détaillés lors de la conférence de presse à l'observatoire de Paris, et dans le communiqué de presse publié au même moment [3]. Les publications scientifiques sont toutes en accès libre [4]


La présentation qui m'a le plus impressionnée est celle de David Katz (environ 35 minutes après le début de la vidéo). On savait que les étoiles se déplaçaient dans la galaxie en s'éloignant du centre ou en s'en approchant. Lancé le 17 décembre 2013, Gaïa est équipé d'un spectromètre pour mesurer les vitesses radiales dont le fonctionnement est décrit dans l'article "Gaia Radial Velocity Spectrometer" [5].

Présentation de David Katz lors de la conférence de presse.
Les points bleus représentent des étoiles qui s'approchent du centre de la Voie Lactée (de 0 à 10km/s pour les plus foncées), du jaune (3 km/s) au rouge (10km/s), celles qui s'en éloignent. Un article plus complet décrit la dispersion, les vitesses horizontales, etc... [6]

Schéma par @rdimmel
Dans ce schéma, il y a 927311 voisines ! On peut prendre ces tranches à diverses hauteurs par rapport au plan de la galaxie. Ca fait beaucoup de planètes, peut-être beaucoup d'écosystème, peut-être de la vie pourquoi pas intelligente !

Amusons-nous avec Kepler/K2 !  

Ce catalogue offre de nombreuses possibilités aux chercheurs de croiser les données. Par exemple, on peut fouiller dans la liste des 3725 exoplanètes fournie par la NASA (Kepler/K2) [7] et rechercher les informations que l'on possède sur les étoiles auxquelles elles tournent, comme l'a fait Megan Bedell @meg_bedell dans cet incroyable site. [8]


A la recherche des sphères de Dyson avec RAVE

L'étude RAVE (Radial Velocity Experiment) analyse les vitesses radiales, mais également les spectres des étoiles [9]. En combinant certaines données de RAVE et a première version se Gaïa, Erik Zackrisson, Andreas J. Korn, Ansgar Wehrhahn et Johannes Reiter estiment que l'on pourrait expliquer certaines discordances par la présence de sphères de Dyson. [10

La méthode qu'ils proposent est détaillées dans cet article [11]. Une étoile entourée partiellement ou totalement d'une structure sphérique artificielle pourrait être détectée grâce aux nouvelles informations contenues dans cette seconde version du catalogue.  

  1. 360° view for Gaia's Sky
  2. GAIA CREATES RICHEST STAR MAP OF OUR GALAXY – AND BEYOND
  3. Communiqué de presse : Gaia ouvra l'accès à la voie lactée en 3D et en couleurs.
  4. Astronomy & Astrophysics. Gaia Data Release 2
  5. M. Cropper, D. Katz, P. Sartoretti, et al., Gaia Radial Velocity Spectrometer, A&A   (2018), DOI: 10.1051/0004-6361/201832763
  6. Gaia Data Release 2. Mapping the Milky Way disc kinematics,A&A   (2018)  arXiv:1804.09380 [astro-ph.GA]
  7. NASA exoplanet Archives.
  8. Gaia + Kepler = Fun
  9. RAVE : The Radial Velocity Experiment
  10. Erik Zackrisson, Andreas J. Korn, Ansgar Wehrhahn et Johannes Reiter, SETI With Gaia: The Observational Signatures of Nearly Complete Dyson Spheres, communiqué de presse. 
  11. Erik Zackrisson, Andreas J. Korn, Ansgar Wehrhahn et Johannes Reiter, SETI With Gaia: The Observational Signatures of Nearly Complete Dyson Spheres, communiqué de presse.  arXiv:1804.08351 [astro-ph.SR]

Commentaires

Articles les plus consultés