Ciel, un écran !

A postulat extraordinaire, preuve extraordinaire disait Carl Sagan. On ne peut pas prétendre que nous ne sommes pas seuls dans l'univers ou que les écrans sont responsables des troubles des enfants sans prouver ce que l'on avance avec une démarche rigoureuse.



Je fais référence ici à la théorie du Dr Ducanda, déjà évoquée par Néa [1]. Je ne vais pas étayer la théorie inverse, avant tout parce que le fait d'avoir lu "Asperger et fière de l'être" d'Alexandra Raynaud [2] ne fait pas de mois une spécialiste de l'autisme. Mme Ducanda est certainement un très bon médecin de PMI, mais quand je vois qu'une passerelle école-famille est organisée dans ma ville avec pour titre "Dr Ducanda (Méthode des quatre pas), ECRAN ENFANT DANGER", je me dis qu'il y a déjà du mal de fait !


Comment prouver que Enfant + écran = danger ? 

Pour montrer que les écrans représentent un danger pour TOUS les enfants, il faut prendre un échantillon représentatif d'enfants, c'est à dire pas uniquement des enfants qui fréquentent la PMI, pas uniquement des enfants sur lesquels on a collé une étiquette "dormeur, grincheux, simplet, joyeux, prof, atchoum, timide...", et pas uniquement des enfants des Ulis ou de l'école des Avelines. 

Les arguments du style "les tablettes ne représentent aucun danger parce qu'il y a telle application" ne sont pas valables non plus. Par exemple, la semaine dernière, j'ai téléchargé "Dyslexia Math". Il faut cliquer le plus rapidement possible sur deux chiffres (4 et 5) pour obtenir le résultats de l'équation en bas (9). 

Dyslexia Math
Ce n'est pas parce que 4+5=9, 3+6=9, 2+7=9 ou 1+8=9 que je peux cliquer sur n'importe quel couple. Si l'équation enfant+écran=danger peut fonctionner pour tel enfant et tel écran, le même écran ne générera aucun danger pour un autre enfant. 

Alerter des parents sur le danger des écrans, c'est comme crier "Attention, il existe des additions dont le résultat est 9 !" C'est pas parce que l'équation "Enfant + écran = danger" pour tous les enfants de 3 ans, qu'elle est également vraie pour des enfants de 6 ans. Après quelques heures d'utilisation de Dyslexia Math, je vois mon temps de réaction diminuer, mais je n'ai jamais été diagnostiquée dyslexique (c'est mon clavier qui l'est) et ce n'est pas parce que cette application modèle mon cerveau d'adulte que ça marchera pour un enfant de 9 ans.  

Les enfants ne jouent plus

Cette après-midi, à 15h, il n'y avait aucun enfant sur ce toboggan. Il y a 10 ans, quand j'étais jeune maman, je m'y arrêtais souvent et il y avait toujours beaucoup de monde. 

Cela signifie-t-il que les enfants de ce quartier sont tous sur leur écran ? Peut-être qu'il n'y a plus d'enfants ? Ceux d'il y a 10 ans sont devenus adultes. Leurs parents occupent les mêmes appartements qui ne sont pas disponibles pour de jeunes couples. L'absence de preuve, n'est pas la preuve de l'absence ! 


Un peu plus loin, des enfants jouaient, sous la surveillance d'un adulte qui immortalisait leurs acrobaties avec son smartphone. 

Un jeu sur un smartphone, c'est un jeu, et comme un jeu dans une boite en carton, ça peut se jouer seul ou à plusieurs. 

L'autisme n'est pas virtuel 

Mme Ducanda et quelques autres membres d'un collectif ont été reçus à l'Elysée le 7 novembre 2017. Sur le compte-rendu, on peut lire [3]: 
"Monsieur Costa nous a dit que Madame Macron était inquiète de l’évolution du nombres d’enfants en échec scolaire et du nombre d’autisme et c’est pour cela qu’on nous recevait."
Que signifie le "nombre d'autisme" ? Pour en savoir plus, on peut consulter des sites de scientifiques et de médecins. Par exemple,  Daphné Bavelier professeur de neurosciences cognitives à l’université de Genève, est intervenue lors d'un colloque "Quels sont les impacts des écrans sur les cerveaux" [4]
On le sait, l’innovation technologique a toujours un temps d’avance sur la réponse sociétale. C’est encore plus vrai pour ce qui concerne l’écosystème des technologies de l’information et de la communication. « Il nous est souvent impossible de conseiller les pouvoirs publics », déplore ainsi Daphné Bavelier. Évaluer l’impact de l’usage d’une tablette sur le cerveau des jeunes enfants par exemple nécessiterait « cinquante ans de recul ». 
Lors de passages dans les médias, ou encore sur les réseaux sociaux, madame Ducanda a utilisé l'adjectif virtuel pour dire que ce n'était pas de l'autisme, un peu comme une bière sans alcool serait de l'alcool virtuel ou un repas sans porc, serait un méchoui virtuel. L'article "Autisme virtuel : écran de fumée" du journal de la médecine [5] ou encore "Autisme et polémiques : l’addiction aux écrans, nouvelle héroïne des petits enfants ? " [6] signé par un groupe de spécialistes, sont on ne peut plus clairs à ce propos.

Les théories scientifiques s'appuient sur des briques. Par exemple, pour dire que l'autisme virtuel n'existait pas je me suis appuyée sur des propos de chercheurs [4] ou des articles de spécialistes [5] [6]. Quelles sont les publications scientifiques citées par ceux qui crient au loup sur le danger des écrans ? Médecins, psychologues, ils ont tous été sur les bancs de la fac, ils savent lire des articles en anglais, ils ont accès aux revues de leurs domaines, aux archives en ligne (HAL [9]), pourquoi ne les mentionnent-ils pas ?

La souffrance des parents

Dans un récent billet, j'ai évoqué le suicide de deux adolescents [7]. Le mot "autisme" ne figure qu'une fois, même si... peut-être... Mais non, ce n'est pas à moi de juger si un ami est autiste, s'il présente des TSA, ou s'il est juste timide, réservé, solitaire... Ce n'est pas non plus le rôle d'un enseignant ou d'un médecin de PMI d'établir un tel diagnostique. Les centres de ressources autisme (CRA [10]) sont seuls habilités à reconnaître ce handicap. Une pétition vient d'être mise en ligne [8]. On peut y lire des témoignages comme : 
Nous recevons des témoignages de parents nous indiquant que des bilans à destination des MDPH pour l'obtention d'un(e) AVS mentionnent déjà des termes tels que "temps d'écrans important" ou "écrans-nounous" 
Est-ce que le Dr Ducanda imagine les conséquences ? Sait-elle à quel point l'ordinateur portable est un outil précieux dans la scolarisation des enfants autistes, Dys, THA/H... ? Olivia Cattan, présidente de l'association SOS Autisme France, rapporte publiquement avoir croisé une Directrice d'Etablissement qui lui a demandé s'il ne vaudrait pas mieux retirer les ordinateurs aux enfants autistes de l'école qui l'utilisent pour une prise de notes parce que cela accentuerait leur autisme. 
Si Brigitte Macron est réellement inquiète du nombre d'enfants en échec scolaire, peut-être devrait-elle commencer par fournir des ordinateurs à ceux qui ne peuvent pas aller à l'école sans cela à cause d'un handicap ! Cela suppose aussi que les enseignants soient capables de fournir leurs cours dans un format électronique, au lieu de le conserver comme s'il s'agissait d'un secret de fabrication à garder !

Bonne nuit ! 

Il est plus de minuit, il est temps pour moi de terminer ce billet, même si j'avais envie de raconter tout un tas de choses. Oui, avant de m'endormir, je vais sans doute faire un tour sut Twitter, sur Facebook. C'est la faute aux écrans, ou ma faute ? Je suis responsable de mes actes ! Si je ne vais pas au lit, n'est-ce pas juste parce que  je n'ai pas assez de volonté ? Pourquoi accuser mon clavier ? 

Vais-je faire des cauchemars ? Freud en parle dans l’interprétation des rêves écrit en 1901 [9], mais sans accuser les écrans.  Et même si je fais des cauchemars suite à la suspension d'abuharissa c'est peut-être de la faute à Twitter (qui a suspendu le compte), mais en aucun cas à cause des écrans ! Ce ne sont que des objets.

En fait, je vais plutôt rêver qu'après avoir lu ce billet, l'école des Avelines va annuler la passerelle école-famille de vendredi prochain...

  1. Lire la fiction "Néa femme intelligente" :
    - Partie 1 : Elda
    - Partie 2 : Shrodeen
  2. Le syndrome geek
  3. 4 membres du collectif reçus à l'Elysée
  4. Quels sont les impacts des écrans sur les cerveaux
  5. Autisme virtuel : écran de fumée.
  6. Autisme et polémiques : l’addiction aux écrans, nouvelle héroïne des petits enfants ? 
  7. Je suis alien
  8. L'alerte virale sans fondement scientifique du Dr Anne-Lise Ducanda
  9. Georgios (yorgos) Dimitriadis. La fonction du rêve entre Freud et Lacan. Cahiers de psychologie clinique , De Boeck, 2014, rêver, 42, pp.45-60. hal-01467079
  10. Centres de ressources autisme

Commentaires

Articles les plus consultés