Maths au quotidien

Il y a longtemps, très longtemps, j'ai écris un billet destiné à des enfants de primaire sur le thème "Les mathématiques ne servent à rien". [1] Hier, Luc Ferry, ancien ministre de l'éducation, a décrété [2] :
"Dans la vie quotidienne, les maths ne servent strictement à rien"
Comme ce n'est pas la peine d'avoir un grand discours, voilà quelques exemples de l'utilisation des maths, dans une journée normale...

Quel prix ? 

Quand la plupart des magazines coûtent 5 euros, pourquoi acheter un magazine à 7 euros ? Les prix indiqués sont 6,99 et 5,20 euros. Ce sont les mathématiques qui nous apprennent qu'il faut lire 7 euros.


En admettant que le prix d'un paquet de glace soit le même, vaut-il mieux acheter 2 paquets avec une réduction de 30% sur chacun, ou 2 paquets avec une réduction de 70% sur le second ?


Dates et heures.

Beaucoup de jeux vidéos fonctionnent en misant sur la frustration du joueur, qui préférera débourser 3.5 euros plutôt que d'attendre 6 heures. S'il est 22 heures, dans combien de temps la suite du jeu sera-t-elle disponible ? Si l'on sait calculer, on sait que l'on peut aller se coucher et jouer à 4 heures du matin. Pour le joueur qui ne sait pas compter, la durée semblera "énorme"... 

Choix d'options

La réforme du baccalauréat laisse le choix aux élèves de première entre 11 options. 


Les mathématiques nous disent qu'il ne sera pas possible pour un lycée de toutes les proposer. 
  • Pour sa première option, un élève a 11 possibilités. Admettons qu'il soit préoccupé par l'avenir de la planète et choisisse "Ecologie, agronomie et territoires". 
  • En théorie, il reste 10 choix possibles pour la seconde option. Passionné de jeux vidéos, il va choisir "Numérique et sciences informatiques" afin de comprendre comment fonctionnent les algorithmes.
  • En théorie, il reste 9 choix possibles pour la troisième option. Il pense que "Physique Chimie" sera très utile, par exemple pour calculer la trajectoire de Starman [3]    
Cela fait donc 11*10*9 = 990 combinaisons possibles. Mais comme l'ordre importe peu, il faut diviser par 6. Cela fait donc 165 groupes de 3 choix possibles. 

Comme il n'y a pas de mathématiques dans les enseignements communs, le professeur de physique ou d'informatique peut très bien décréter qu'il est impossible de suivre ses cours sans avoir de bases solides en mathématiques. 


Luc Ferry pourra argumenter que les maths ne servent à rien dans sa vie quotidienne, mais dans celle des lycéens, ça compte ! Comment appliquer les lois de Kepler pour calculer une orbite sans connaissance mathématique ? Et même si celles de seconde peuvent servir, si elles ne sont pas régulièrement réactivées, comment l'élève pourra-t-il manipuler une ellipse, une parabole, etc ? [3

Si un lycée impose l'option Mathématiques à tous les élèves, ceux-ci auront donc 10*11/2 choix différents, soit 55 combinaisons, ce qui reste énorme. 

Imaginons maintenant, que des élèves envisageant une carrière dans l'animation 3D aient choisi les mêmes options en classe de première : arts, numérique & sciences informatiques et mathématiques (option imposée par le professeur d'informatique). 


En terminale, ils devront éliminer une des trois options. On avait 165 groupes différents en première, il faut multiplier par 3, ce qui fait 495 possibilités. Deux élèves peuvent se retrouver avec des options similaires en terminale (par exemple Mathématiques + Informatique), mais les compétences de celui qui aura choisi Arts ne seront pas les mêmes que celles de celui qui a choisi Physique-Chimie en classe de première. On ne peut pas réduire à 55 combinaisons.  

Quelqu'un qui aurait de mauvais résultats en mathématiques aurait intérêt à ne garder qu'Arts et Informatique, puisque Luc Ferry a dit que les mathématiques ne servaient à rien dans la vie quotidienne et qu'en plus, la moyenne au bac sera plus élevée... Mais si à aucun moment de sa scolarité il ne rencontre de problème de géométrie dans l'espace, comment fera-t-il de l'animation 3D ? Et vu la pénurie de professeurs de mathématiques, certains lycées ne risquent-ils pas de réduire le choix des options ? 


Mon petit doigt me dit que la terre plate a encore de beaux jours devant elle... Darwin doit se retourner dans sa tombe. 


  1. Les maths ça sert à rien (2011)
  2. Vidéo, Luc Ferry
  3. La révolution de Starman

Commentaires

Articles les plus consultés