Raciste ?

Samedi, j'ai reçu un mail à 14h36 intitulé : "Urgence père en rétention". Je me suis demandé comment réagir. En 2008, je ne me serai pas posé la question (voir par exemple "La lettre au maire" ou "Bravo les lycéens") ; en 2014 non plus (voir "Sonia Dahou, militante des droits de l'homme")
Qu'est-ce qui a changé en moi ? Ai-je perdu ce côté bisounours, naïf, qui voit surtout les épreuves traversées par les parents et la détresse des enfants nés ici quand Sarkozy les poussait à repartir dans leur pays ?


Tout étranger est-il un terroriste potentiel ? 

Ce qui m'a changée, ce sont les attentats. J'avoue. Je me suis demandé si ce monsieur ne pourrait pas être un terroriste, si en favorisant le fait qu'il reste en France, je ne pourrais pas être la source d'un prochain attentat. 

Il ne m'a fallu que quelques instants pour me rendre compte que c'était complètement idiot. Il suffit de lire le texte de la pétition
  • "Brahima Tounkara vit en France depuis 2001, c’est-à-dire depuis 15 ans !". A priori, c'est pas quelqu'un qui s'amuse à faire des aller-retour en Syrie. 
  • "Noukhoussa, 3 ans et demi, scolarisé en maternelle". Compte-tenu de ce que Daech pense de l'éducation en France ou simplement du fait que l'école soit laïque, ce monsieur n'aurait pas scolarisé son enfant s'il était un fondamentaliste religieux. 
  • " M. Tounkara a été contrôlé dans un bus le 23 février, il n’avait pas de ticket" Vu l'argent dont disposent les organisations terroristes, prendrait-il le bus, qui plus est sans ticket, s'il était financé par Daech ou AQMI (créées respectivement en 2006 et 2007) ?

La France raciste vue de l'Inde

Touriste, étrangère, je le suis devenue en Inde. J'avais appris quelques phrases en Hindi, "Bonjour", "Merci", "Je suis française". Mon anglais est resté plutôt scolaire, donc tout juste suffisant pour demander le prix d'un vêtement ou commander des frites. Bref, j'étais dans la même situation que tous ceux qui arrivent en France en ne connaissant que quelques mots de notre belle langue. Partout, j'ai été plutôt bien accueillie.


A mon arrivée, j'ai été surprise de voir la photo du premier ministre Narendra Modi partout. Culte de la personalité ? Non, il y avait juste des élections et les candidats locaux s'affichent avec le/la chef du parti ou de leur gouvernement. Il suffit de consulter les tweets de @narendramodi pour se rendre compte qu'il n'a pas la violence de Trump ou Le Pen. Il est bien plus ouvert et tolérant que la plupart de nos politiques qui n'ont d'autre projet que de s'insulter mutuellement. 


C'est un peu comme si Macron ou Hamon faisaient des affiches avec les photos de Hollande, Valls ou Cazeneuve en arrière plan. On imagine aussi les affiches de Fillon avec Accoyer ou Sarkozy. Étonnamment, il n'y aurait pas de femme en France, alors qu'elles étaient bien présentes en Inde.


En discutant un peu, je me suis rendue compte, que l'Inde de Narendra Modi est bien moins raciste que la France de François Hollande. Il y a des portiques dans tous les centres commerciaux, ainsi que dans d'autres endroits accueillant du public, comme les cinémas. A chaque fois, il y a une ou deux personnes pour vérifier le contenu des sacs ou passer un détecteur, mais globalement, les gens ne se jugent pas.

L'Inde pays laïque

En 2015, l'Inde, c'était 1,372 milliards d'habitants (la France, 67 millions). C'est aussi un pays laïque avec plein de religions (source : Wikipédia). Il y a eu aussi des attaques terroristes islamistes, dont certaines ont fait plusieurs centaines de morts. Sur la route, j'ai vu des mosquées, des temples, mais j'ai eu l'étrange impression que la religion était plus discrète qu'en France. 


Incredible India

En Inde, il y a du monde partout. Sur la "Toll road", on avance avec une vitesse d'escargot, en navigant entre les véhicules hétéroclites : charrettes, motos, voitures, camions, tracteurs. 


En général, pas besoin de demander au chauffeur de s'arrêter pour prendre une photo... 

Quand un train passe, la file d'attente s'allonge et se désorganise au fur et à mesure de l'arrivée désordonnées de nouveaux véhicules. 


A pied, c'est pareil. 


J'ai même vu passer des militaires. Manifestaient-ils ? 


S'il y avait l'équivalent de la force "Sentinelle", elle devait être assez discrète. J'ai eu l'impression que chaque ville avait sa caserne militaire. On m'a expliqué que l'armée était très respectée et que les enfants rêvaient d'y faire carrière. 

C'est amusant de voir les enfants sortir d'une école en ayant tous l'uniforme de l'établissement. C'est sans doute là que débute l'égalité et la tolérance des autres.

Quelles sont mes valeurs ? 

Ce voyage, cette pétition, fut l'occasion de me poser une BONNE question. Suis-je raciste ? Tous les français sont-ils racistes ? Est-ce que je tolère qu'à côté de chez moi, une maman enceinte sans ressource doive subvenir seule aux besoins de ses 2 enfants en bas âge ? Est-ce que Mme la maire le tolère ? Est-ce que Mme la députée le tolère ? Non d'après cet article dans le Parisien. Est-ce que le préfet le tolère ? Est-ce que le premier ministre le tolère ? Est-ce que le président le tolère ?

Les affaires dans lesquelles sont empêtrées au moins deux candidats à la présidentielle ne doivent pas dissimuler leurs alliances, leurs propos. On ne doit pas oublier non plus que la loi liberticide sur le renseignement ou la prolongation de l'état d'urgence ont été votées sous un gouvernement PS, avec Macron comme ministre.

Faire preuve d'humanité, d'empathie pour l'autre, ce n'est pas être aveugle ou naïf, au contraire. C'est agir avec discernement, se dire qu'il y a des gens formidables partout, mais aussi des personnes qui ne sont que violence, harcèlement, exclusion de la différence. Ne pas juger par l'origine, mais essayer de connaître, de comprendre. Le fait signer une pétition, n'est pas incompatible avec celui de fêter l'anniversaire de la Katiba des Kuffars (1 an) ou de la Katiba des Narvalos (2 ans). Au contraire ! Mes valeurs ne sont pas celles de l'EI !

Commentaires

Lily a dit…
oui, connaître ses valeurs personnelles et les garder bien au chaud dans son coeur pour savoir que c'est avec cela qu'on s'éclaire de l'intérieur dans les moments de doute... merci de ce partage Elisabeth.

Articles les plus consultés