Le brevet des collèges

Lors de ses vœux à la jeunesse en janvier 2016, le président Hollande a eu une idée géniale : une cérémonie pour la remise du diplôme du brevet des collèges ! Ecole de la république, premier diplôme, blabla, blabla.. La ministre a fait un beau discours.  qui commence par "cours, Forest, cours..." ou plus exactement par :
"Pensez à ce moment, un peu comme à celui que l’on doit vivre sur un podium olympique"


Selfie politique 

A quoi sert cette cérémonie ? Tout d'abord, les politiques peuvent s'afficher. Le maire de Bures (UDI je crois), la conseillère départementale du canton (Les Républicains) et femme de l'ex-ministre de l'éducation Xavier Darcos, le principal du collège par ailleurs élu municipal PS, ont une occasion de plus de se rencontrer, et de faire quelques selfies dans une ambiance survoltée.

Ah ah ah, vous avez-vu les d'jeunes comme on est swag chez les républicains ! Si on leur demandait leur avis, nul doute que les Monty  Python trouveraient aussi que faire des selfies, ça honore grandement l'école de la République. 



Beaux résultats ?

L'année 2015-2016 a été catastrophique (C'est l'histoire d'un mec...    Vous la connaissez ?) Il ne fut question que de la réforme du collège 2016. Qu'il s'agisse de la PEEP ou de la FCPE, toute demande des parents a essuyé un refus "c'est une année de transition", y compris pour les enfants qui avaient des besoins éducatifs particuliers (Je souffre de TDATTT). 

Cela s'est terminé en apothéose pour les troisièmes. La semaine précédant le brevet, le principal les a obligé à rester dans l'établissement, non pas pour réviser comme les années précédentes, mais pour jouer aux cartes ou regarder Snoopy au gré de la liberté pédagogique des enseignants.

On trouve les résultats de 2016 sur le site du collège. Ceux de 2015 avaient été effacés, ainsi que la plupart des articles de cette année dite de transition (par exemple sur la "bousculade à la sortie du collège" en janvier). 


Heureusement, je les avais conservés. En 2015, 4 élèves n'avaient pas eu le diplôme (97% de réussite). En 2016, 12 élèves n'ont pas eu le diplôme (90% de réussite). Le chiffre des recalés a été multiplié par 3 ! Toi aussi révise avec Snoopy !  Les professeurs sont les mêmes, les troisièmes de 2016 ne sont pas plus stupides que ceux de 2015. L'épreuve de brevet a été mieux réussie sur le plan national. Le seul changement en septembre 2016 fut la direction. 

Les chiffres c'est compliqué

Le maire indique 75% de mentions, mais sans préciser quelle est la population de départ. 
Si on se fie au site du collège, il y a eu 19+43+17=79 élèves ayant reçu une mention.

123 élèves étaient présents. 
(79 * 100) / 123 = 64

Il y a donc 64% des élèves présents qui ont obtenu une mention en 2016.

En 2015, 73% des 109 élèves présents ont obtenu une mention.

Si on ne compte que les élèves reçus, en 2016, 79 sur 111 ont eu une mention, ce qui fait bien 71% comme l'indique le site du collège, et non 75% comme l'indique le maire.

19 élèves ont obtenu une mention très bien, ce qui fait 15% des présents ou 17% des admis, et 24% des 79 élèves qui ont eu une mention. Le chiffre du maire vient de là. 



Pas de cérémonie pour les 12 recalés 

2016 a été une année record  pour la réussite au brevet du collège (sauf à Bures) d'après le site du ministère de l'éducation nationale. Cependant 104 000 adolescents ne l'ont pas eu. Ça ne change absolument rien pour eux, puisque le passage en seconde se décide lors du conseil de classe, et que l'affectation en lycée via AFFELNET est connue avant le résultat du brevet.

Mais un an après les attentats du 13 novembre, alors que l'on est encore en état d'urgence, est-ce pertinent d'organiser une telle mascarade ? Il semblerait d'ailleurs que très peu de publicité ait été faite, quel que soit le collège.


A-t-on analysé les raisons de ces échecs ? Si à Bures, le fait de ne pas avoir de semaine de révision n'a pas changé grand chose pour les élèves qui avaient déjà 16 de moyenne au contrôle continu, qu'en est-il pour ceux qui avaient beaucoup plus de points de retard ?  Cet cérémonie a-t-elle d'autre but que de masquer la souffrance de ceux qui n'ont pas pu avoir d'aide au moment où ils en avaient le plus besoin ?

La ministre termine son discours par :
Se rassembler, ce n’est pas refuser de constater ce qui est évident : nous sommes divers. Nos vécus, nos individualités, nos milieux sont variés. Se rassembler, c’est accepter cette diversité, mais c’est aussi accepter qu’il y ait, au-dessus de celle-ci, de façon complémentaire, une appartenance commune à la République.
Faut-il en déduire que les 12 élèves de Bures, les 104000 qui ont échoué n'appartiennent pas à la République ? 

Commentaires

Articles les plus consultés