Dans le même bateau

Depuis début 2015, les mauvaises nouvelles ont été nombreuses à l'université Paris-Sud. Par exemple, la suppression des postes ATER (Attachés temporaires d'Enseignement et de Recherche), laisse des tas de jeunes sans financement, ni contrat, après une thèse (Bac +8). Qui dit moins d'enseignants, dit moins de cours, et par conséquent plus de sélection à l'entrée. Et si l'université n'accueillait plus tous les bacheliers ? Par exemple, si on interdisait aux titulaires de Bac Professionnel l'inscription en licence, ou en IUT ? 



13h39 : Beaucoup d'étudiants à la station RER Luxembourg.


13h47 : Sans recherche, plus de Grands Hommes.


14h11 : Alors que le rendez-vous est fixé à 14h30, beaucoup de monde devant le ministère, essentiellement des étudiants et des personnels de l'université Paris-Sud.


14h20 : Où va notre argent ? peut-on lire sur l'un des nombreux cartons.


Des étudiants dynamiques, des CRS et des journalistes, tous les ingrédients d'une manifestation réussie sont réunis.

14h30 : De nombreux drapeaux, essentiellement d'associations syndicales et étudiantes.


Un drapeau rouge...


Un seul drapeau de parti politique...


Devant le mur de C.V.

Précaire, solidaire, en colère...


15h : Paris 8 et Paris 1 font entendre leurs voix.

15h15 :  Des manifestants de plus en plus nombreux sous le soleil.



Dans les discussions, on parle de la LRU, de l'autonomie, de mauvaise gestion, de privatisation... Je pense aux saoudiens, qui ont redonné leur rôle aux prestigieuses salles de la Sorbonne décrites à la fin de "Soumission" de Houellebecq.

Commentaires

Articles les plus consultés