Etoiles sous la pluie

Le vendredi 5 août, à l'occasion de la nuit des étoiles, une soirée d'observation était organisée à la Cité des Sciences.


Regarder le ciel depuis la pelouse près de la Géode, devrait forcément avoir quelque chose de magique...

<h2>Les Perséides</h2><p><p>La période est propice à l'observation des étoiles filantes de l'été : les <a href="http://www.universcience.tv//index.php/tag/perseides.html">Perséides</a> . On les observe à l'oeil nu, confortablement installé durant toute la première quinzaine du mois d'août.</p> <p>&#160;</p> <p>Réalisation : Bernard Nomblot</p> <p>&#160;</p> <p>Production : Universcience 2011</p></p>

Vers 17h, il y avait de gros nuages au-dessus du bassin de la Villette. La soirée allait-elle annulée ?

A 18h45, gros orage sur Paris-Plages !



Le temps de se sécher tant bien que mal, nous étions à la Cité pour la séance au planétarium à 20h15. Le film "voyage vers les étoiles" a été projeté, histoire de se situer dans la voie lactée, de voir les étoiles naître et mourir, etc, etc...



Le film s'est achevé vers 21h30. Et après ? Allions-nous voir des étoiles ? Non, malheureusement, il pleuvait toujours !

Un conférencier, Olivier Las Vergnas (dont j'ai déjà parlé dans ce billet) est arrivé avec un plumeau (la Terre) et une guirlande (les poussières de la comète).
Après avoir répondu avec une grande habileté aux questions des passionnés (souvent en culotte courte) et néophytes (souvent très âgés), il a laissé la place à deux jeunes animatrices.

Des cartes du ciel ont été distribuées. La vingtaine d'enfants présents a joué le rôle des étoiles (très en forme à 22h).


Nous avons quitté la Cité des Sciences, ravies, vers 23h. Merci et bravo aux organisateurs !

Ce week-end, la lune est pleine et je n'ai toujours pas vu la moindre étoile filante. Heureusement, le site http://www.meteorwatch.org/ permet de les observer au radar.


Plus précisément, quand une poussière arrive dans l'atmosphère, elle brûle rapidement, ce qui créé l'étoile filante que l'on voit, mais aussi une ionisation de l'air. Si on envoie alors un signal radar dans le ciel, il se réfléchit sur cette trace ionisée. On obtient alors un écho qui commence dans les hautes fréquences. Son intensité augmente jusqu'à ce que la poussière ait brulé.

Commentaires

Articles les plus consultés