En attendant le 29 : AG

Le 29 janvier prochain, il y aura une grosse manifestation.
Tous en grève ! Tous dans la rue !

Pourquoi ? Pour quoi ? Pour qui ?

Vendredi dernier, le 16 janvier, il y avait une réunion de parents pour la défense de l'école publique

Avant-hier, le 19 janvier, Isabelle This-Saint-Jean, présidente de l'assocation Sauvons la Recherche était à Orsay pour un café débat.

Hier, mercredi, 20, les ingénieurs, techniciens et administratifs du CNRS se sont réunis en assemblée générale, suite à l'appel de SLR.



La première difficulté consistait à trouver l'immeuble Montréal sur la dalle des Olympiades. Cet endroit rappelle beaucoup le Tonkin à Villeurbanne. Une utopie ratée ?
Les tours sont en tous cas très impressionnantes.



La salle des thèses était remplie quand je suis arrivée à 11h30. Je me suis collée contre un mur...

Les interventions ont tout d'abord porté sur les CDD. La moitié des contrats au CNRS ont une durée inférieure à 6 mois. Cela créé un malaise, y compris chez les permanents. Allons nous tous devenir instruments de la recherche, alors que nous en sommes acteurs aujourd'hui ?



Chacun a pu exposer les problèmes auxquels il était confronté :
- départs en retraite non remplacés.
- nature des missions confiées au personnel non statutaire (CDD) sans perspective d'embauche à la fin du contrat.
- tâches administratives très lourdes. Chaque université a son logiciel... les secrétaires doivent tous les connaître. En gérant les missions des personnels, certains secrétariats deviennent des agences de voyage...
- question des primes qui ne sont attribuées qu'à certaines catégories de personnel.



La conclusion ? Il faut créer des commissions de personnel et faire circuler l'information le mieux possible au sein d'un laboratoire.



Commentaires

Anonyme a dit…
Je complète quelques points évoqués avant ton arrivée :

- Les interventions ont aussi porté sur les statutaires, les ITA n'ont pas d'infos sur les réformes de fond, constat à l'Inserm et l'Inra : les crédits ont été diminués, les thématiques redistribuées, les moyens humains orientés vers l'université qui elle protège son image fait un tri des labos et ne souhaite pas être sollicitée d'où l'intervention des DRH.

-Cas Inra, Inserm : La fusion des labos fait que certaines équipes se sont pas intégrées quand leur thématique n'intéresse pas. Résultat, le travail n'est pas reconnu, les métiers à contact humain rentrent dans une notion d'invisible. Les DRH sont sollicitées pour trouver des solutions (proposition de 2 choix de détachement en collectivités territoriales). Cela vise surtout les catégories C et B sur des métiers administratifs, documentation et bibliothèque. Exemple à l'INRA suppression de 200 postes pour 2009 (recrutement, remplacement interne...)

Prime : la hierarchie ne dispose pas de moyens de valoriser la carrière des ITA, mais souhaite les primes par modulation avec evaluation par objectif d'individualisation et bibliométrique.

Avec l'ANR les titulaires ont compris le malaise des précaires entrainant un découpage des responsabilités dans les labos (INRA).

Conseils : ne pas attendre que les organismes nous fassent des propositions, il faut travailler son dossier annuel d'activité (projet). Le texte sera voté au sénat.

Une prochaine réunion aura lieu dans un amphi, et permettra de recenser des cas de fléau avec la DRH (le personnel DRH se retrouve également en difficulté face à ce fléau), contrainte de pression à vide.

Articles les plus consultés