Alice et le RASED


Je ne me suis pas présentée cette année comme parent d'élève. Pourquoi ? J'ai été soumise l'année dernière à un problème très compliqué. J'ai pensé aider une petite fille que je connaissais bien, une petite Alice, sortie tout droit du Pays des Merveilles.

C'est son papa qui m'avait appelée au secours. Comme il y avait vraisemblablement un problème de communication avec l'équipe enseignante, j'ai rapporté mot pour mot ce qu'il m'avait dit... et sans le vouloir, j'ai fait très mal à certaines personnes. Ah... la psychologie, c'est pas mon truc. Je préfère en général ne pas tourner autour du pot, dire les choses comme elles sont. Bref, ce fut un premier avertissement... le job de représentant des parents, je n'ai pas eu la formation pour...
J'aurais aussi pu laisser le papa avec ses soucis, en lui disant de se débrouiller. Mais à quoi bon avoir été élue représentante des parents d'élèves si c'est pour rester les bras croisés ?



Je connaissais Alice essentiellement via son pays des Merveilles et les intrusions qu'y faisait ma fille. Elle me racontait le sourire jusqu'aux oreilles qu'Alice avait inventé un nouveau mot, ou alors rajouté une syllabe au mot d'hier, ce qui le rendait encore plus drôle. Elle me demandait "A ton avis, ça veut dire quoi ?". Et les mots, ne voulaient en général rien dire. Je me suis même renseignée pour savoir si dans d'autres langues cela pourrait avoir une signification... Bah non...

Le matin, quand je la croisais à l'école, j'avais souvent droit aux grands sourires d'Alice. Il arrivait aussi qu'elle me sorte une phrase tout droit sortie de son pays imaginaire. Que lui répondre ? La même chose ? J'avais posé la question à une enseignante à la suite d'une passerelle école-famille sur le langage. On m'avait répondu "T'inquiète pas, elle est suivie par le RASED !"



Le RASED, ou Réseau d'Aide Spécialisée aux Enfants en Difficulté, c'est presque un gros mot aux Ulis, avant tout parce que chacun a sa fierté et ne veut pas entendre que son enfant puisse avoir besoin d'une aide. Dans certaines cultures, on ne va chez le psy que lorsqu'on est malade. L'image du RASED est aussi quelquefois faussement associées aux idées qu'il faut repérer les délinquants dès la maternelle. Même sur le net, c'est un peu tabou, on rencontre assez peu de sites qui en parlent. La référence est celui de Daniel Calin.

Pour ma part, mon avis était assez mitigé sur l'utilité du RASED. Cependant, j'avais vu des changements extraordinaires chez une petite voisine qui vient de temps en temps jouer à la maison. Suivie par le RASED à l'âge de 3 ans, elle n'en avait plus besoin un an plus tard et avait une incroyable envie d'apprendre à lire et écrire.

Un soir, ma fille m'a fait un jeu de mot a priori tout à fait involontaire (Victoria est enseignante au RASED, maître E. ou maître G., le prénom a été changé pour que chacun se reconnaisse) :
"Y'en a marre de Victoria qui vient chercher ces cancres là".
.
Un peu surprise, je lui explique que ses camarades ne sont pas des cancres, mais qu'ils ont juste besoin que quelqu'un les aide, soit parce que les parents n'ont pas assez de temps pour s'occuper d'eux, soit parce qu'ils ne parlent pas le Français. Par exemple, comment apprendre à dénombrer dans une langue qui n'est pas sa langue maternelle ? Adulte, je sais que je compte en Français, et que je vais traduire la réponse si on me la demande en Anglais. Qu'est-ce que j'aurais fait à 3 ans ?

"Si tu étais en Angleterre, tu serais perdue dans une école où l'on ne parlerait qu'anglais, tu aurais besoin de Victoria pour t'expliquer certaines choses, rien qu'à toi."

Elle m'a répondu :
"Oui, mais le problème, c'est qu'ils jouent pendant que nous on travaille, et donc après, ils sont encore plus en retard"
.



Ah la pédagogie vue par les enfants ! Mais c'est aussi l'avantage de l'école maternelle. Le jeu permet des apprentissages extraordinaires. Vous sauriez refaire le bateau en Kapla ci-dessus ? Et la géométrie en 3D, les dodécaèdres ou icosaèdres, c'est plus facile avec des Polydron.



J'ai compris pourquoi elle en avait marre... elle était séparée de certains de ses camarades et en plus l'enseignant devait les faire travailler beaucoup plus lorsqu'il y avait 4 ou 5 élèves en moins dans la classe. A l'heure où l'on admire le système éducatif des pays du nord, j'ai trouvé extraordinaire qu'un suivi plus ou moins individuel existe aussi en France. Il m'aura fallu trois ans pour comprendre que ma fille bénéficiait indirectement de l'aide du RASED.

Le papa d'Alice avait des inquiétudes sur le comportement des enseignants avec sa fille. Je ne pouvais pas le rassurer, avant tout parce que je ne suis jamais allée dans les salles de classe pour voir ce qui s'y passait... et que j'avais rien à y faire. Seuls les enseignants connaissaient la vérité.

La réponse qui s'est très vite imposée est venue de la psychologue scolaire. Elle va dans les classes observer le comportement des enfants et éventuellement conseiller les enseignants, qui n'apprécient pas toujours ce regard extérieur. Elle seule pouvait expliquer aux parents ce qui se passait entre les enseignants et leur enfant. Le plus dur a été de convaincre les parents d'Alice de prendre un rendez-vous. Celui-ci s'est très bien passé, ils ont été rassurés, et moi aussi.



Au cours de l'année, des questions très compliquées ont été soulevées à propos d'Alice. Ne progresserait-elle pas mieux en restant un peu plus en maternelle ? J'avais dès le début pris une position. Alice savait beaucoup plus de choses que tous les enfants qui n'étaient pas scolarisés avant l'âge de 6 ans. Elle est venue jouer pendant toute une journée à la maison. A midi, sans que je lui demande quoi que ce soit, elle m'a dit "Tiens, tu as fait 10 nuggets". Quelques semaines plus tôt, les enseignants m'avaient dit qu'elle avait du mal à dénombrer cinq points sur un dé. Je la soupçonnais de faire un blocage lorsqu'on l'agressait en lui posant une question... de s'enfuir au pays des merveilles pour ne pas être au pied du mur, pour éviter les jugements.

A la fin, je ne savais pas ce qui était préférable, et j'étais persuadée que personne ne pouvait dire ce qui allait se passer si Alice allait au CP, et surtout pas moi. Je ne sais pas si je l'ai vraiment aidée ou non. Seul l'avenir le dira. En revanche, le RASED l'a vraiment aidé, il n'y a aucun doute là-dessus.

C'est rassurant de savoir qu'à l'école primaire, Victoria est encore là pour soutenir tous ceux qui en ont besoin, pour faire le pont entre le pays imaginaire de Peter Pan, le pays des Merveilles d'Alice et l'école. Ce lien ne peut pas se construire avec deux heures de français ou de mathématiques en plus par semaine.

Aujourd'hui, il plane une menace sur les RASED... 3000 postes risquent d'être supprimés ! Qu'un ministre incapable de faire une règle de 3 n'ait pas compris l'intérêt des RASED ne m'étonne pas vraiment. Moi-même, il m'aura fallu trois ans pour comprendre à quel point les enseignants spécialisés et psychologues scolaires faisaient un travail difficile et indispensable.

Une pétition est en ligne : http://www.sauvonslesrased.org/.

Commentaires

Lily a dit…
le boulot des éducateurs spécialisés, je commence à en avoir une idée.. soutien des élèves en difficulté, c'est essentiel pour leur avenir !
Au Québec ce sont les décrocheurs adolescents, mais quand on en est là, c'est déjà trop tard !

Articles les plus consultés