Rester vivant : Chimica Matrix

Il y a une oeuvre étrangement vivante au palais de Tokyo : Chimica Matrix de Renaud Marchand.

Elle évolue au fil du temps, ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre.

A 19h45 :



La vie vient de ces petits tuyaux par lesquels sortent différentes encres :


A 20h30 :





Un alien en train de naître ? Un fœtus ? 



Ces volutes évoquent les œufs de M16, la Nébuleuse de l'Aigle, photographiés par Hubble en 1995.


Cette oeuvre est inspirée par "La possibilité d'une île", roman de Michel Houellebecq, où un clône est créé dans une cuve. Il faudrait visiter encore et encore l'exposition "Rester vivant" pour vérifier si l'encre produit les mêmes nébuleuses deux jours de suite ou si a vie a un côté aléatoire, les mêmes actions ne produisant pas toujours les mêmes effets en fonction de la température ou de la pression par exemple. Cette oeuvre produit-elle des clônes d'encre ? Pas sûr, mais en tout cas tellement poétique et énigmatique !

Commentaires

Articles les plus consultés