C'est à vous

Monsieur Finkielkraut,

Comme vous, je ne suis passée qu'une fois à "Nuit Debout". C'était le 16 avril dernier, le même jour que vous.

Les comparaisons s'arrêtent là. Je ne suis pas capable d'écrire d'aussi belles phrases que les vôtres comme "Je ne souhaitais pas me draper dans ma dignité blessée" [3:49] ce soir

Ce soir, j'écoute l'émission "C'est à vous". Ce billet est une réaction à chaud à vos propos.


[4:43] Eviction 

Vous avez dit "Qu'à froid, les gens qui soutiennent Nuit Debout se félicitent de cet éviction comme d'un moment quasi démocratique, c'était pour moi extrêmement douloureux et révélateur d'une certaine dérive dans la radicalité et d'une détérioration du débat intellectuel en France".

Quand j'ai eu des échos de ce non-événement, je me suis dit "mais pourquoi ce jour là ?". Je suis arrivée à République vers 17h. En sortant du RER, j'ai reconnu la musique de Bella Ciao, mais les paroles avaient été détournées. Les chanteuses (ou peut-être cantatrices) font partie du mouvement  Boycott Désinvestissement Sanction (voir CR 15 avril-46 mars).

A 17h14, j'ai pris la photo ci-dessous :

J'imagine qu'à l'heure de votre passage, il y avait encore quelques drapeaux palestiniens. J'ose espéré que ce n'est pas en apprenant la présence du mouvement BDS ou "Palestine Debout" que vous avez décidé de venir ce jour là, et pas un autre jour...
Peut-être n'étiez-vous pas au courant de ce qui s'était passé un peu plus tôt sur cette place ? Il me semble toute fois que le contexte est important dans ce "conflit". Vous seriez passé un autre jour, les échanges auraient été autres.


[5:31] Gna gna gna gna gna pauvre conne

Vous dîtes "Je devrais le breveter, c'est comme Nabila, c'est mon Allo-Quoi" et vous l'assumez au point de rire en revoyant le passage et de prétendre ne pas la regretter.


Sur la vidéo, on ne voit que quelques individus vous prendre à partie, puisque la plupart écoutaient l'assemblée générale à laquelle participait Yanis Varoufakis. C'est une erreur de généraliser, de considérer que tous les participants à Nuit Debout s'intéressent à votre personne.

Quelle joie d'entendre Najat Valaud Belkacem dire qu'elle se battra pour que vous puissiez dire "Gna gna gna gna gna pauvre conne !" [6:51] En général, j'apprécie que vous défendiez l'école publique, comme vous l'avez fait face à elle en janvier 2015 dans l'émission "Des paroles et des actes". Votre niveau ne s'alignenrait-il pas sur celui des plus faibles, ces quelques égarés qui ne suivaient pas vraiment l'AG de Nuit Debout ?

[8:50] Le retour de la haine

Vous vouliez donc "voir" cet événement politique et parisien qu'est Nuit Debout, curiosité tout à fait louable. Si je ne suis allée qu'une fois sur place, chaque soir, je regarde un peu ce qui s'y passe, soit grâce aux personnes qui retransmettent en direct, ou à TV Debout, ou mieux Radio Debout.

Vous citez Jean-Paul Sartre "tout anti-communiste est un chien", en vous énervant contre Frédéric Lordon,  preuve que vous suivez ce mouvement, au moins au travers des échos dans la presse. Vous auriez aimé qu'il dise "C'est dommage". Mais qui "il" ? Frédéric Lordon n'est pas Nuit Debout ? Vous voulez y voir quelque chose d'homogène. Ce n'est pas du tout le cas. Il y a des jeunes, des vieux (moi). Chacun semble défendre une cause au sain d'une commission donnée ; végan, féminisme, etc...

Comme l'a dit Julien Bayou, chacun vient avec sa partition et le tout forme un orchestre. Mais il n'y a pas de chef ! Nuit Debout, c'est ça... Si les trompettes que vous entendez sont mal embouchées, peut-être devriez-vous prêtez attention au son de la harpe ?


[9:55] Antiracisme et laïcité

Le mouvement BDS cité plus haut explique très bien que le problème n'est pas religieux.  Le mouvement Nuit Debout me semble plutôt laïque dans le sens où l'appartenance, l'origine, des gens ne se pose jamais. Il n'y a que des Camille, et tout le monde se fout de savoir ce que Camille fait le soir, le vendredi ou le dimanche.


[10:53] Les passions tristes

Vous vous en prenez (encore) à Frédéric Lordon qui a dit qu'il fallait laver la place de la République des passions tristes. Je ne citerai pas vos propos sur les 7-8-9 et 11 janvier tellement ils sont abjectes. Peut-être n'avez pas lu le reportage sur Nuit Debout dans Charlie Hebdo ? 

C'est en voyant les commentaires sur Périscope lors du concert du 20 avril que j'ai compris que la plupart des jeunes présents à Nuit Debout étaient ceux que l'on avait appelé "Génération Bataclan". Beaucoup voyaient dans la "Symphonie du nouveau monde" jouée devant la statut de la place de la République un hommage aux victimes.


Comment osez-vous dire aux amis de Lola, à ceux qui ont eu peur pendant des mois, à ceux qui ont eu "même pas peur" que l'horreur pour eux c'était le sursaut national du 11 janvier ? C'est horrible de manipuler l'histoire et les individus comme vous le faites.
Au contraire, Nuit Debout, c'est un 11 janvier chaque soir, un sursaut national puisqu'il s'étend dans toutes la France. En entendant Bella Ciao en arrivant sur cette place ce 16 avril j'ai pensé à la magnifique interprétation qu'en avait fait Christophe Alévêque  aux obsèques de Tignous.

Vous concluez "c'est un mouvement niais, mais c'est aussi un mouvement odieux". Je n'ai plus le courage d'écouter la suite. J'ai envie de vomir ! Comment osez-vous NOUS culpabiliser ? Comment osez-vous utiliser les victimes du 7 janvier pour arriver à de telles conclusions ?  Charb doit se retourner dans sa tombe. Cabu éclate-t-il de rire quelque part au paradis en vous entendant ?

Non, là, je crois que vous êtes allés beaucoup trop loin en assassinant cette jeunesse parisienne qui se remet à peine des blessures du 13 novembre, qui sort d'un long hiver en état d'urgence et se remet à vivre, à réfléchir, à vouloir changer le monde. Vous voudriez la faire taire ?


Commentaires

Articles les plus consultés