A cause d'internet...

Ce matin, j'ai écouté notre vénéré ministre de l'intérieur sur France Inter. Il a parlé du Thalys... en redisant que 90% des personnes basculaient dans le terrorisme à cause d'internet.

Si on résume ce que l'on sait, mais que le ministre ne dit pas :


Ces deux éléments ne font-ils pas de lui un suspect ? Par exemple, s'il y avait eu un policier pas très loin du guichet, n'aurait-il pas trouvé étrange qu'un SDF voyage en première classe ? Cela n'aurait-il pas pu justifier un contrôle d'identité et des bagages ?

La dernière fois que j'ai pris le train, c'était pour aller à Rouen. J'ai acheté mon billet sur Internet. Il ressemblait à cela. Mon nom figure deux fois. Avec la loi sur le renseignement, si mon nom avait été Ayoub El Khazzani, on peut espérer que quelqu'un aurait recoupé les données.


D'accord, si mon nom avait été Ayoub El Khazzani, je ne l'aurai peut-être pas utilisé dans ma commande sur internet, mais j'aurais mis ceux des copains @Abou Cha Bouch ou @Sarko_al_tounsi. Même si twitter ne comprend pas toujours ce qu'est la parodie et supprime certains comptes commençant par Abou, on peut espérer que ceux-là n'aient pas de fiche S.


Le billet acheté sur internet est nominatif et je dois présenter une pièce d'identité officielle en cours de validité avec photo lors des contrôles. Aucun des contrôleur à qui j'ai montré ce billet ne m'a demandé de pièce d'identité, mais il aurait pu.

Il y a longtemps que mes bagages n'ont plus d'étiquette "nom et prénom" malgré les appels répétitifs, et personne ne m'a jamais fait la moindre remarque à ce sujet.

J'ai pu profiter du wifi en gare tout en admirant le train des impressionnistes de l'extérieur. Est-ce un besoin physiologique ? Car vu la sécurité de ce réseau, c'était globalement pas une bonne idée, mais enfin, le décret d'application de la loi sur le renseignement n'est pas encore paru.


Si j'avais eu quoique ce soit à me reprocher, je n'aurais pas utiliser ce réseau wifi. Ce comportement aurait pu paraître aussi suspect que si je cryptais mes échanges.

Une fois que le train a quitté la gare, je n'ai plus eu accès au wifi, ni aux décorations, si ce n'est ces petites affiches, qui pourraient compenser l'absence de Wikipedia.


Avec des "si" on mettrait Paris en bouteille, mais d'après Numérama, sans Wifi, les héros ne se seraient pas trouvé dans la même voiture qu'Ayoub El Khazzani. On a loué leur courage, leur volonté d'agir "Let's Go !".C'est le besoin physiologique (ou pas) de Wifi qui a poussé les américains à changer de voiture. C'est Internet qui a rassemblé ceux qui devaient agir au même endroit, et a sans doute sauver des centaines de vies le week-end dernier.

Commentaires

Articles les plus consultés