Toute la vie (l'univers et le reste aussi)

Quand j'étais ado, j'arborais un T-shirt rose "No-future". Comme beaucoup de lycéens, je pensais naïvement qu'on n'a pas le droit d'avoir faim ni d'avoir froid...

Aujourd'hui ceux qui se prétendent "enfoirés" sortent une chanson, sans grand intérêt, si ce n'est de montrer que ces riches artistes qui demandent à des smicards d'acheter leurs disques sont bien loin de Coluche. Vous avez sali les idéologies. Aujourd'hui, plus personne ne peut croire qu'en distribuant une soupe ou en achetant un CD, il aidera qui que ce soit. Le futur et le passé nous encombrent. L'idée de Coluche n'était-elle pas de démontrer qu'un artiste pouvait faire plus qu'un politique en créant des restaurants pour les plus démunis ? Avez-vous compris la question ? Sans doute pas...

Aujourd'hui, je suis très fière d'avoir réussi à écrire orang-outan sur un pot contenant 23% d'huile de palme (avec des zéros à la place des "o"). C'est ma façon de dire Vous avez raté, dépensé pollué. Ce serait plus intelligent d'arrêter d'acheter ce genre de pot (y compris pour ma santé), mais ça n'empêcherait pas les industriels de détruire des forêts et de tuer des orangs-outans. Nous n'avons que nos dégoûts, nos colères et des réseaux pour les exprimer...



Je ne suis pas jeune, sauf quand je participe aux activités associatives aux Ulis, où j'ai l'impression à chaque fois que nous sommes une minorité de non-retraités.
 

Les portes closes et les nuages sombres.
C'est notre héritage, notre horizon
.

J'avais accepté de distribuer le Phare début janvier, parce que la personne qui le fait habituellement dans le quartier a des problèmes pour se déplacer. J'ai récupéré une centaine d'exemplaires lors d'une réunion de l'association citoyens écolos et solidaires (l'utopie). A 23h, j'en ai mis une soixantaine dans les boîtes aux lettres de mon immeuble, en me disant que j'étais en train de polluer tout le monde, vu que 40% des gens du quartier ne parlent pas le français, et que ceux qui désirent ce numéro peuvent le trouver sous format papier à de nombreux endroits de la ville, ou sous format électronique sur le site de l'APEX Ulis.

Le lendemain, à 9h, il y avait une dizaine d'exemplaires dans les poubelles juste en dessous des boîtes aux lettres. J'ai effectivement raté, dépensé pollué...
Depuis, il me reste des numéros que je pourrais mettre dans d'autres boîtes aux lettres, dans d'autres immeubles... A (moi) de jouer mais mais faudrait (me) bouger. A quoi bon ? Les portes sont closes. Il faudrait en plus que je dérange une voisine pour avoir accès aux boîtes aux lettres, les polluer afin que les quelques locataires intéressés par ce journal puissent le lire ?

 On s'est battus on n'a rien volé... Tout ce qu'on a on il a fallu le gagner... On retrouve l'idéologie judéo chrétienne : l'effort doit passer avant l'intelligence ! On complimente le collégien qui court bêtement pour récolter des fonds pour Actions contre la faim, et on réprimande celui qui pose des questions sur BHL ou les raisons de l'embargo sur Madagascar. Il est bien loin le temps où Goldman se demandait ce qu'il aurait fait s'il était né à Leidenstadt. Il a un peu de mal à comprendre le monde...

Commentaires

Articles les plus consultés