Droit de réponse

Madame,

Je viens de lire votre beau message sur votre très joli blog. Je pense vraiment que vous n'avez rien compris à mes mails. En étiez vous capable...

Mon droit de réponse que vous lirez j'en suis sûre vous si éprise de liberté et de démocratie :



CES vit comme les gens qui le font vivre l'entendent. Je pense quand même avoir le droit de donner mon avis certes de manière un peu brutale mias non insultant sans être traité de "pervers narcissique" surtout si apparemment vous ne me connaissez pas.
La discussion sur TAFTA est l'oeuvre de CES d'aujourd'hui pour l"éducation populaire" et mon avis est que cela doit le rester et non "une liste diffusion fourre tout" comme je l'ai dit auparavant. Je n'ai jamais oblitéré le fait que CES rejoigne le collectif anti-TAFTA.
Je n'ai pas besoin d 'assurer des arrières je ne suis pas et n'ai jamais été dans quelque parti que ce soit et ne suis pas politique comme vous dites, juste associatif et désireux que les choses avancent et pensent que les manifestations dans la forme que vous défendez ne servent qu'à des gens comme vous d'avoir bonne conscience. Je rejette en effet les extrêmistes de gauche comme ceux de droite même si cela ne plaît pas aux bien-pensantes actuelles.

Je n'ai jamais parlé de ne pas parler des gréviste des bus avec qui je suis en général d'accord. Pour avoir pris le bus 35 ans aux ULis, j'en connais bien le sujet. J'ai dis que nous devions suivre et soutenir les associations d'usagers qui elles connaissaient le fond du sujet plutôt que de réagir aux on-dit. Sagesse qu'il vous serait bon de suivre à lire votre blog. Je me suis bien plus battu pour les bus et le transport  aux Ulis que vous ne le ferez jamais.

Quand au combat contre le racisme vous me permettrez de ne pas me justifier là-dessus, je ne vous ai jamais vu dans l'ensemble des événements, des manifestations, des associations auxquels j'ai participé et c'est un sujet où je n'ai pas à défendre ma petite personne. Il est bien trop important.
Si dans la discussion plutôt que de m'insulter vous aviez directement écrit :
"Nous sommes nombreux à recevoir de plus en plus d'informations. Celles-ci dépassent rapidement notre capacité cognitive de traitement et de mémorisation. Nous devons sélectionner ce qui nous intéresse ou non. Je n'ai pas l'intention d'aller à ce meeting ? Je supprime le message. "
Alors j'aurais sans doute acquiésser

Enfin, mettre CES en cause de façon publique pour une dispute  avec l'un de ces membres (de fait éloigné) à propos d'un mail en disant "proche des partis politiques", ce qui n'a jamais été le cas justement et bâver des inepsies telles que "ex militants d'EELV avaient quelques intérêt à ce que les usagers se retrouvent coincés" ne montre en plus de votre ignorance qu'un raisonnement bête et votre blog ne décrit qu'une envie irrésistible de polémiquer sur tout et contre tous sans doute du fait de grandes frustrations.

Si vous voulez mettre ce mail sur votre blog, j'en suis d'accord à condition que vous le mettiez en entier...

Comme vous voyez, je règle mes comptes en face et non par blog interposé.... Etienne et Bruno seront quand même en copie de ce mail pour éviter que vous ne déformiez mes propos choses que vous faites bien pour cracher votre funeste discours.
manipulé, manipulateur...

Je vous salue tout de même car la haine ne fait pas partie de mes sentiments


Patrick Aubert
25 Juin 2014 18:57

Commentaires

Anonyme a dit…
C'est quoi CES ? S'il s'agit de l'association avec ce texte fondateur là, je ne vois pas pourquoi le meeting contre la haine pose problème.


Dans ce sens nous ne nous interdirons pas de moyens d’actions, qu’ils soient politiques, éducatif, électroniques, festifs … mais nous orienterons toujours nos choix en fonctions de nos idéaux d'écologistes sociaux et solidaires, car nous pensons que nous sommes les seuls à être réalistes. Nous n'aurons pas d'idées préconçues sur les partenariats ponctuels ou à plus long terme, que nous pourrions faire avec nos camarades de cette Gauche que nous pensons éternelle, révolutionnaires et insoumise.

Articles les plus consultés