Marchons, marchons...

... qu'un sang impur abreuve nos sillons !


Depuis le 21 mai dernier, les ulissiens marchent, à cause de la grève des chauffeurs des cars d'Orsay.



Au début, tout le monde prenait ça plutôt de manière cool. Les chauffeurs sont plutôt sympa, ou du moins, la plupart le sont, ce sont nos voisins et sans eux, la vie aux Ulis serait un calvaire.
Le parc nord est un chouette endroit, le sport, c'est bon pour la santé, etc, etc... Bref, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes...

Puis, les premiers couacs sont apparus. Un chauffeur qui voulait travailler aurait été frappé par les grévistes bloquant le dépôt. Ce simple élément change toute la donne. Les ulissiens savent qu'il y a les gentils chauffeurs, ceux qui les attendent quand ils courent après le bus, puis les autres, qui accélèrent ou nous engueulent même quand on s'excuse en montant dans le bus.

Et justement, l'un des violents syndicalistes serait de ceux là. Il y a quelques mois, à la gare du Guichet, il conduisait le bus "09" et est parti alors que les passagers d'un RER arrivaient et qu'il le savait... Suite à un échange avec un des usagers, qui de plus travaillait à la CAPS, il a exercé son droit de retrait, ce qui avait étonné tous les passagers du bus.  

La "rumeur" parle aussi d'une conductrice licenciée à cause d'une bande de machos syndiqués aux Cars d'Orsay.

Aux Ulis, les gens ont commencé à s'interroger. Comment peuvent-ils avoir le droit de bloquer le dépôt ? Que fait la police ?

Lundi matin, on ne savait pas, mais les pompiers ont emmené une lycéenne qui a fait un malaise vers 8h15 en bas de cette descente. Et a priori, ce n'est pas la seule ! Certes, ce n'est pas la faute des grévistes si cette jeune fille n'a pas pris de déjeuné, mais si le dépôt n'avait pas été bloqué, il y aurait eu au minimum les bus scolaires.


Mais au fait pourquoi font-ils grève ? Il semblerait que ce soit pour une question de salaire. Mais "la rumeur" (encore elle) dit qu'ils sont payés 2000 euros/mois. Un jeune en échec scolaire qui a bénéficié d'une aide du conseil général de l'Essonne pour se former et devenir conducteur de bus ne gagnerait "que" 1600 euros/mois. Si on ramène ça à la grille de salaire du CNRS, 2000 euros correspondent à l'indice 430, au salaire d'un ingénieur d'étude en début de carrière. Sur le campus de l'université d'Orsay, beaucoup sont moins bien payés sans être en échec scolaire ! Bref, de quoi se plaignent-ils ?

Certes, ils ont des conditions de travail très dures, ils se lèvent tôt ! Mais cet argument à du mal à passer auprès des mamas ulissiennes qui doivent se lever encore plus tôt pour faire le ménage dès 6h dans les entreprises de Courtabeuf sans toucher 1600 euros par mois !

Plus la grève dure, plus ces conditions de travail risquent de se dégrader. Comme il a été dit sur un certain réseau social, "la bêtise attise la bêtise". La violence des grévistes risque d'engendrer la violence des usagers. Les menaces vont de "j'appuie sur le bouton stop à chaque arrêt" à des "le premier bus qui passe..." Heureusement, certaines propositions sont plus constructives :
"Et si on offrait du papier toilette aux chauffeurs ?"
En voilà une idée qu'elle est bonne, car le fond du problème semble être là. Les chauffeurs, surtout les femmes (quand elles ne sont pas licenciées par les syndicalistes), ne peuvent pas faire leur besoin ! Pourtant, cette mystérieuse cabane au centre commercial Ulis 2 c'est, de source sûre, des toilettes sèches réservées uniquement aux chauffeurs de bus.


Ce soir, en rentrant, je croise une voisine, qui connait un chauffeur de bus. Nous discutons de la grève. Je lui demande si elle, elle a le privilège de connaître les revendications des grévistes, si elle aurait vu passer un tract ou n'importe quelle information qui permettrait aux Ulissiens d'être du côté des chauffeurs.
"Le problème, c'est la mauvaise ambiance. Quand il y a une agression, la direction ne transmet pas l'information."
Bon, je n'avais pas encore entendu ça ! N'hésitez pas à laisser un commentaire si jamais vous connaissez une personne qui connait un chauffeur qui connait les revendications des syndicalistes, ou qui a d'autres revendications que celles mentionnées ici.

C'est sûr que violence des syndicalistes bloquant le dépôt ne doit pas améliorer l'ambiance !  Pourvu que justice soit faite vendredi lors de l'audience au tribunal d'Evry et qu'un service minimum soit mis en place pour les étudiants qui n'ont pas le temps de déjeuner, les mamas qui font le ménage à 6h, les travailleurs et travailleuses et tous les autres qui ne peuvent se passer des bus dans leur vie quotidienne !

Commentaires

Articles les plus consultés