Paris plages

Cette année, la première personne rencontrée à Paris Plages fut Dark Vador, et le côté obscur de VW.


Il y eut ensuite un clown qui intriguait par son immobilité. Tel un aimant, il attirait les passants intrigués avant de se réveiller et de jouer de la trompette.



Thé, fondant au chocolat, brunch, tout était bon et à un prix abordable au café équitable...





Tous ceux qui ont testé furent unanimes : le surf, c'est le pied ! Bon, c'est aussi un peu réservé aux parisiens. Si l'on descend de sa banlieue un samedi, pas de place avant le mercredi... Il fallait s'inscrire longtemps à l'avance.


Le cafézoïde et la gentillesse des animatrices du stand restera dans ma mémoire ! Des tous petits aux plus grands, chacun pouvait savourer un moment de tranquillité après le surf ou en attendant la prochaine activité.



Si l'inscription pour les sphères ou les pédalos ouvrait à 13h, en arrivant à 13h30, on a eu un ticket pour 18h30. Mais ça valait le coup d'attendre !



Après le bassin de la Villette, on a testé les quais de Seine, mais à part le Free Ride, cela semblait moins captivant.


J'ai admiré la patience des animateurs avec les enfants. Ils s'amusaient par exemple à les faire tomber du surf. Ils étaient très pédagogues et faisaient découvrir progressivement leur activité. Surtout quelle patience avec certains parents ou grands-parents ! Non la sphère ne va pas se dégonfler ! Non votre enfant ne va pas étouffer dans ce gilet de sauvetage !

Commentaires

Articles les plus consultés