Y'a pas d'lézard

Lundi dernier, les parents délégués des 3 écoles maternelles d'un groupe scolaire avaient rendez-vous avec l'inspecteur d'académie de la circonscription. L'inspecteur était présent au moment de la prise de rendez-vous le vendredi précédent, il ne pouvait donc l'ignorer.

Et bien, à l'heure dite, nous étions 5 parents présents devant la grille de l'IEN (Inspection de l'Education Nationale). On nous a dit que monsieur venait de partir à la mairie pour vérifier les chiffres. Les enseignants nous avaient bien dit "Allez-y, vous aurez plus de poids que nous qui sommes sous sa hierrarchie !". Là, c'est une fuite digne de celle d'un lézard qui se prélassait au soleil et se cache derrière les volets d'une ferme !

Nous avons été reçus par une sympathique conseillère pédagogique. Nous avons discuté des chiffres, des solutions... Elle nous a tout de même signalé un bug. Les directeurs d'école n'auraient pas dû être informés de la fermeture de classe via leurs syndicats, mais via l'IEN.

Alors que nous étions sur le point de partir, l'inspecteur est arrivé ! Y'a pas d'lézard, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. On en est à 196 élèves, donc dans le pire des cas, on compte les enfants à la rentrée. Ouf !



Nous sommes allés porter la bonne nouvelle aux enseignants vers 11h. L'inspecteur est passé dans les écoles... et une directrice lui a rappelé qu'il avait un rendez-vous avec les parents d'élèves. Hum ! On lui faisait vraiment très peur...

Mardi, un représentant des parents d'élèves et deux élues municipales (un grand merci à elles !) se sont rendus à Evry. Ils ont pu être entendus par la commission qui statue sur les fermetures de classe avant la réunion...

Mais ça n'a pas dû servir à grand chose ! Mercredi on apprenait que la fermeture était toujours programmée. D'après les syndicats présents, l'inspecteur n'a pas répercuté les informations qu'il nous a données. Ses supérieurs ne l'ont pas laissé parler.

Bon, les parents d'élèves devront-ils encore jouer au grand méchant loup ? En attendant, voilà une comptine... de circonstance...

A cinq heure et quart
Le petit lézard
Gorgé de soleil
A soudain sommeil
Le long du toit
Il glisse et ma foi
Tombe dans un seau
Déjà rempli d'eau
J'y plonge un bâton
Il grimpe à tâtons...

A six heure un quart
Le petit lézard
Tout nu tout mouillé
Voudrait bien sécher
Sur le bout de bois
Se hisse et ma foi
Hop ! Hors du seau,
Sauvé des eaux
Je tiens le bâton
Il grimpe à tâtons

A sept heure un quart
Le petit lézard
Ne perd pas courage
Il est tout en nage
Accroche toi
Encore une fois
Hisse, et ho,
Un tout petit saut
Tiens bon le bâton
Tu grimpes à tâtons

Mon dieu ! La vie quel bonheur
Après qu'on a eu si peur !

Commentaires

Articles les plus consultés