SF lyonnaise

Hier, j'ai terminé la lecture du recueil de nouvelles Les noëls électriques et j'ai appelé Sylvie Lainé qui venait de m'envoyer Le miroir aux éperluettes. J'ai demandé à Sylvie comment je pouvais faire de la pub en particulier pour sa merveilleuse nouvelle "Un signe de SETTY". Elle m'a conseillé d'indiquer le site d'Actu SF. C'est ce que j'ai fait... puis je suis allée lire l'interview.

Quoi ? Ce que l'on moulinait de servait à rien ? Mais si... La recherche sert toujours à quelque chose... Même si le thésard n'a rien trouvé, même si certains ont prétendu que SETI@HOME n'écoutait que des parasites, même si la première version n'était pas de tout repos pour les UC. Il y a au ensuite BOINC... Bon, certes, le côté collaboratif, c'était et c'est toujours surtout sur les forum. Et puis, maintenant, BOINC permettra peut-être d'améliorer les prévisions météo ou de vaincre le paludisme...



Cependant, en lisant l'interview, j'ai eu une révélation. Il y a quelques semaines, j'ai emprunté Un conte de Noël de Dickens à la médiathèque des Ulis. A l'accueil, il y avait Sylvain, qui s'occupe du rayon SF. Je lui ai expliqué que j'avais lu une nouvelle de science-fiction qui évoquait ce grand classique... qui ne faisait pas partie de ma culture, honte à moi... Cette nouvelle, c'est celle de Connie Willis qui ouvre le recueil les noëls électriques.

André-François Ruaud ? Les moutons électriques ? Mais oui, je connais... je suis abonné à SF-Franco. Je lui ai parlé de l'époque de la Gang, de nos kébab réguliers à Lyon avec Jean-Jacques, Sylvie, André, Niouk, Piway, Lily, Marie, Gizmo... Il m'a alors dit :
Il y a Sylvie Denis je crois, qui parle de vous sur son blog
. Je suis allée voir sur le blog et n'ai rien trouvé... Il devait sans doute penser à l'interview de Sylvie Lainé.

Nous avons aussi parlé des Moutons hier avec Sylvie. Elle m'a indiqué que les nouvelles venaient du site Reims-Destination Noël et qu'elle venait justement d'avoir un texte publié. Nous avons ensuite parlé du malaise de l'université et de la situation intolérable à Lyon 2. Je me doutais qu'il y avait ce soir là une coupure d'électricité sur la fac d'Orsay puisque je n'arrivais pas à me connecter sur les machines de mon labo. Je ne savais pas qu'elle allait durer jusqu'à 11h... et que les machines du CRI ne seraient pas remises en route avant lundi. Quand ça va mal...



Quand ça va mal, autant se plonger dans la science-fiction. L'esprit de noël de Dickens est bel est bien présent dans les noëls électriques avec toute la faune : les lutins, la fée des neiges, le Père-Noël, Saint-Nicolas, les enfants sages, ceux qui le sont moins, les cadeaux, ceux que l'on a demandé et ceux que l'on n'ose pas demander... Bref, le folklore est là et bien là...
Il y a aussi l'horreur des magasins de jouet et des centre commerciaux, le problème des cheminées trop étroites pour certains hommes joufflus ou en voix de disparition à cause du chauffage au sol.
Et si un père-noël sorti d'un asile jetait les enfants pas sage par la fenêtre ? Le monde serait-il meilleur lorsque les enfants survivants deviendront adultes ?

Les illustrations contribuent à l'atmosphère magique, électrique et informatique. L'essai qui termine le recueil a le mérite de remettre les pendules à l'heure du solstice d'hivers ou des saturniales :-)

Commentaires

Articles les plus consultés